Speakeasy – gestion d’extensions sous Confluence et Jira

Introduction

Le nom choisi par Atlassian ne fait point référence ici au temps de la prohibition, ni à nos lectures lycéennes pour tenter d’améliorer un anglais à l’accent trop marqué, mais il s’agit d’un nouveau plugin tout juste sortie en version 1.0 qui permet d’étendre les fonctionnalités de Confluence et Jira au moyen d’extensions.

Présentation

Sortie en version beta peu avant le summit 2011, puis mis en avant par l’exemple lors du concours de plugins Codegeist de cette année, Speakeasy peut être comparé aux extensions fournies par Google avec son Lab pour Gmail notamment. Il s’agit de petites extensions qui viennent étendre, améliorer les fonctionnalités et l’expérience utilisateur des deux dernières versions de Confluence et Jira (soit respectivement les versions 3.5.x et 4.3.x). Ce billet vient compléter la présentation faite lors du Paris User Group du mois de juin 2011.

Principes

Speakeasy se présente d’abord comme un plugin classique à installer depuis le gestionnaire de plugin. Une fois cette opération faite, un nouveau menu apparait au niveau de l’administration dans la section “Configuration”, il permet facilement de gérer les droits d’accés et de création des extensions, car et c’est un point différentiateur de Speakeasy, si l’administration demeure centralisée, l’activation et éventuellement la création se fait par utilisateur. Ceci permet d’offrir à ses utilisateurs un catalogue de fonctionnalités personnalisables fonction des besoins de chacun.
L’installation des extensions se fait ensuite depuis une page dédiée en chargeant un fichier zip (format par défaut).

Speakeasy - écran de gestion des extensions

Une extension Speakeasy est basée sur un ensemble de ressources Html, Css et Javascript et peut échanger des informations au format JSON via les API REST ou XML-RPC de Confluence/Jira ou autre api ie Google. On peut également lui joindre une image, définir une description via un fichier de configuration xml.
Les sources de chaque extension sont accessibles (fonction des droits stipulés plus haut) et il est ainsi possible de créer sa propre extension à partir d’une existante.

Exemples

3 exemples tirés du Codegeist 2011 pour illuster les possibilités de Speakeasy ici dans le cas de Confluence.

Ajouter un filtre pour gérer/chercher dans une longue liste d’espaces

Speakeasy - filtrer la liste des espaces

Une nouvel écran de recherche à la Google avec affichage instantané des résultats et filtrage par objet

Speakeasy - une recherche à la Google

Un moyen de traduire à la volée via Google Trad une page de contenu en plusieurs langues

Speakeasy - traduction de contenu via Google Trad

Pour conclure

Speakeasy permet donc d’étendre Confluence coté expérience utilisateur facilement en se basant sur des technologies web. Ces extensions viennent s’intercaler entre les plugins (aller lire ce bon billet pour comprendre comment faire un plugin Confluence) et les macros utilisateurs et offrent un moyen supplémentaire pour faciliter l’adoption des outils Confluence et Jira.
Il existe déjà un catalogue d’extensions existantes qui à ne pas en douter va s’enrichir rapidement. Attention toutefois, Speakeasy nécessite les dernières versions de Confluence et Jira ainsi qu’un navigateur récent.
Dans un prochain billet, je donnerai de nouveaux exemples sur ce composant et détaillerai comment créer sa propre extension.

Recommandations

  • Ca semble prometteur 🙂

    Hâte de voir le prochain post sur la création de sa propre extension.