La veille: comment être plus efficace ?

“Se faire battre est excusable, se faire surprendre est impardonnable !” Napoléon

La veille apporte d’abord de la culture et de la connaissance, cela permet de mieux comprendre l’environnement dans lequel on travaille, de connaitre les tendances, et de découvrir de nouveaux concepts…

Le fait d’acquérir des connaissances par la veille permet de créer, d’inventer et surtout d’innover… ça tombe bien car dans notre métier l’innovation est au cœur des sujets abordés au quotidien, pour permettre d’anticiper les évolutions !

Vous imaginez donc que, pour être efficace, la veille doit être ordonnée, collaborative et basée sur des outils adaptés. Alors la première question à se poser est…

Comment s’y prendre pour faire une veille efficace ?

Pour une veille efficace il y a plusieurs façons de s’y prendre:

  • Discuter avec les personnes et s’informer
  • Assister à des événements dans notre domaine
  • Lire un maximum d’actualités via les réseaux sociaux, internet etc.
  • Avoir bien sur des outils adaptés et performants

Pour avoir une bonne veille il faut se concentrer tout d’abord sur les favoris que l’on ouvre tous les matins et utiliser à ce stade de vrais outils. En voici quelques uns:

1.Les réseaux sociaux

On peut ainsi citer l’excellent TweetDeck qui est l’un des principaux tableaux de bord Twitter sur le marché. Simple d’utilisation et accessible à partir de ses identifiants Twitter habituels, il permet ainsi de gérer plusieurs comptes, de travailler en équipe, de s’abonner à des listes ou encore de suivre des mots-clés.  On apprécie l’affichage du flux en temps réel pour obtenir un mur de tweets sur un écran secondaire ou encore la fonction « alerte » ajustable selon le niveau d’engagement (nombre de retweets ou de favoris) pour être réactif sur les sujets émergents.

On peut également citer Twazzup, un moteur de recherche qui permet le suivi en temps réel des flux thématiques Twitter. Parmi les plus de l’outil , on aime le compteur de Tweets par heure (TPH) qui permet d’évaluer la vitesse de propagation d’une information,  les onglets qui identifient les comptes les plus influents, les plus actifs ou encore les plus récents. On aime encore plus la possibilité d’obtenir des informations supplémentaires sur chaque utilisateur, notamment la liste de ses précédents tweets sur le même sujet recherché, d’un simple survol de son compte avec la souris.

2. Les agrégateurs

Il en existe beaucoup mais les plus performants sont: Feedly, Netvibes ou Feedspot. Idéalement le lecteur/agrégateur doit posséder les fonctionnalités suivantes: un indicateur qui permet de dire si l’article est lu ou à lire, le classement des flux par tags ou répertoires, envoi des articles par mail, possibilité de prévenir d’une mise à jour éventuelle d’un site/article/actualité publié, par notification.

feedly Feedly, est un outil très ergonomique avec une possibilité d’utilisation web et mobile. Il permet de trier, agréger et classer des centaines de sources d’informations. Ce ne sont pas tant les fonctionnalités qui plaisent mais plutôt son aspect responsif et la convivialité de lecture d’écran.

Feedly fait partie des outils les plus populaires sur le web pour suivre ses contenus favoris. On appréciera également l’intégration à plusieurs services qui permettent de sauvegarder/archiver les articles pour une lecture ultérieure (sur web et mobile).

Feedspot, en revanche, a la singularité d’être une boite à outils pour flux RSS, qui vous permettra par exemple de générer des flux RSS sur mesure, à partir de mots clés que vous choisissez.

Sans oublier Scoop it, un outil  en ligne pratique pour mettre en place et partager une veille d’informations réactive aux mots-clés de son choix. Connecté à différentes sources d’informations comme Google (blogs, actualités) et Twitter, il permet de partager sur un journal personnel les meilleurs pages web sur des thématiques ciblées et évite ainsi la fragmentation de sa veille d’informations. Il peut être utilisé en veille active ou passive (publier un journal en partageant sa veille, ou s’abonner à des sujets/journaux créés par d’autres utilisateurs).

3. Outils de lecture

Pocket-screenshot-2 (Small)La prochaine fois que vous trouverez un article, une vidéo ou un lien que vous voulez lire ou regarder plus tard, sauvegardez-le dans Pocket. Oui Pocket est l’outil le plus recherché son contenu sera automatiquement synchronisé sur votre téléphone, votre tablette et votre ordinateur. Ainsi, vous pouvez le consulter à tout moment et où que vous soyez, même si vous êtes hors ligne. Vous pouvez sauvegarder dans Pocket depuis quasiment n’importe où, y compris votre ordinateur, extension chrome et firefox, votre messagerie et vos applications préférées telles que Facebook, Twitter, Flipboard et Feedly.

4. Réussir sa veille

Une veille efficace et constructive dépend de 5 éléments clés qu’il va falloir établir et réfléchir :

  • Définir un rythme de veille : selon les objectifs de la veille, une vérification des outils s’impose deux fois par semaine, ou une fois par jour lorsque le sujet le demande.
  • Déterminer un cadre et une limite de temps : la mise en place d’outils dédiés permet d’automatiser une partie de la veille. Elle nécessite néanmoins un traitement régulier. Définir un cadre pour la recherche d’informations, ainsi qu’une limite de temps, permet de s’astreindre à une veille efficace.
  • Analyser les informations : la veille est pro-active, elle sous-entend aussi une analyse des informations reçues. Une fois analysées et décryptées, ces informations peuvent être diffusées au sein de l’entreprise, ou transmises en interne dans les services concernées.
  • Remettre en question ses outils : la grande variété des outils impose également une remise en question permanente. Un outil obsolescent qui utilise des flux peu actifs, par exemple, n’offre pas de résultats probants pour le veilleur. Une veille efficace doit également prendre en compte les nouvelles sources d’informations ou les réseaux émergent.
  • Vérifiez vos sources : l’objectif premier de la veille est de pouvoir collecter de l’information sur la toile. L’exactitude des informations que vous allez collecter est importante : vous devez fournir de l’information pertinente, fiable, mais surtout vérifiée. C’est pourquoi, lorsqu’on trouve une information, il est particulièrement recommandé de la vérifier en consultant des ressources annexes. Une information fausse, mal interprétée, ou encore incomplète pourrait aller à l’encontre de vos valeurs, il faut donc rester attentif.
  • Valoriser son travail de veille. Comme évoqué en début de billet la veille est très utile  professionnellement, plus on fait de veille, plus on sera à même d’être force de propositions dans les choix technologiques ou fonctionnels. Mais ce n’est pas tout, il faut aussi valoriser ce travail sur les réseaux sociaux, blog et autres supports pour gagner en visibilité. le but est d’être identifié en tant qu’expert du marché pour que les personnes puissent se servir de cette veille comme source d’informations, rediffusion et partage.
Ne pas mettre en place de solutions permettant d’avoir une veille technologique efficace c’est prendre le risque de se retrouver distancé sur son marché par ses concurrents traditionnels ou par de nouveaux entrants. Il existe bien évidemment beaucoup d’autres outils, c’est donc à chacun de chercher l’outil qui lui convient le mieux. Dans un monde qui change rapidement il faut aussi être en perpétuelle recherche (ou veille ! ) d’un meilleur outil et évoluer en fonction de la qualité des outils proposés, des besoins et des moyens de l’entreprise.À l’ère du numérique, il est de bon ton de partager ses connaissances et ses propres systèmes de veille, même au risque d’en faire bénéficier ses concurrents directs. La curation de contenu permet de montrer ses compétences, de se positionner comme expert sur son marché et de peaufiner son e-réputation, aux yeux de ses clients, mais aussi de ses partenaires.

D’une prise d’information dispatchée à la veille d’information intelligente et pertinente, il n’y a qu’un pas !

 

Recommandations